← Partagez cette page

Réflexion avec des spécialistes des enfants et adolescents : Ecrans, qui dévore qui ?

Catégorie(s): Comprendre les risques, Télévision

Tous supports confondus, enfants et adolescents consacrent la quasi totalité de leur temps de loisirs (de 6 à 8 heures par jour) à utiliser un média pour se divertir, s’informer ou échanger.

ecrans et enfants : dangers de la sur-consommation

Au cours de la dernière décennie, les plus jeunes ont adopté une attitude de poly-consommation des médias qui s’organise autour de quatre écrans :

  • télévision,
  • ordinateur,
  • console de jeux
  • et téléphone portable.

Des questions qui se posaient il y a quelques années encore au sujet de la seule télévision concernent aujourd’hui tout cet environnement numérique – au sein duquel Internet joue un rôle central.

  • Quels sont les effets des écrans sur ceux qui les regardent ?
  • Sont-ils particulièrement néfastes pour une cible très jeune, dont on peut craindre la malléabilité, la fragilité ?
  • Une trop grande consommation de médias laisse-t-elle aux enfants la possibilité de prendre du recul et de discerner la fiction de la réalité ?
  • Les écrans nivellent-ils les savoirs par le bas et font-ils de la concurrence déloyale à l’enseignement dispensé à l’école ?

Un paradoxe : face à ces nouveaux médias, que peu de parents connaissent et maîtrisent aujourd’hui, la télévision devrait paraître plus rassurante et familière. Et pourtant, notre bonne vieille « lucarne » reste au cœur de toutes les craintes et de toutes les suspicions alors que, selon Médiamétrie, la consommation de programmes télévisés chez les enfants n’a pas beaucoup évolué depuis dix ans (quinze minutes de plus par jour, soit un peu plus de 2 heures quotidiennes pour les 4-10 ans). Et contrairement aux idées reçues, dans la famille, ce sont les enfants qui regardent le moins la télévision.

D’autre part, en matière de multimédia, nous nous trouvons peut-être face à une « exception française » : selon une enquête publiée par l’OMS en 2004 et reprise par Marie Choquet et Marcel Rufo dans leur dernier ouvrage, Regards croisés sur l’adolescence (Anne Carrière, 2007), en France, 18 % des jeunes de 15 ans utilisent chaque jour leur téléphone portable et Internet (contre 37 % en moyenne en Europe) ; à 11 ans, on ne compte que 3 % de « poly-consommateurs » quotidiens en France (contre 17 % en Europe). Les écrans peuvent aussi se révéler d’excellents outils pédagogiques et de transmission de connaissances : parents et enseignants les utilisent volontiers pour éduquer ou révéler des émotions, des fibres citoyennes. Le CD.ROM parascolaire ne s’est jamais si bien porté, Internet et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication sont inscrits au programme scolaire dès l’école primaire. Par ailleurs, l’interactivité croissante proposée par les écrans amène l’enfant à ne plus être un spectateur passif mais à devenir un acteur à part entière de l’offre médiatique.

La présentation qui suit est issue d’un colloque organisé avec des spécialistes des enfants et des adolescents, pour prendre le temps de la réflexion et dresser un état des lieux, faire avancer la discussion et apporter de nouveaux éléments de réponses quant à la consommation des écrans et les risques correspondants.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)